Combien de temps faut-il pratiquer par jour ?

0
496


Si on en croit les récits des maîtres traditionnels, c’est à la sueur de leur entrance, après de longues heures d’entraînement chaque jour qu’ils ont acquis leur expertise. Mais concrètement, combien de temps faut-il consacrer à notre pratiquer chaque jour ?

Un sentiment de culpabilité

A moins d’en faire son emploi à temps plein, il est difficile de concilier les exigences d’une vie moderne (conduire les enfants à l’école, sortir le chien, faire les programs…) et une pratique intensive. Du coup, on peut être tenté de se dire que « c’est foutu » pour le dire simplement.

En effet, on peut avoir l’impression que comme on ne peut pas pratiquer autant que l’on veut, alors autant laisser tomber. C’est un piège de la pensée très classique, et avec un peu d’introspection, je peux vous garantir que ça me traverse la tête de temps en temps (et vous ?).

L’vital, c’est le premier pas

La première étape pour dépasser ce sentiment, c’est de se rendre compte que la pratique est bénéfique, même à petite dose. Le plus difficile, c’est de s’y mettre, et c’est un vrai « déclic » en soi qui est déjà très positif.

Ensuite, vient la query de quand pratiquer. Il n’est pas toujours facile de pouvoir pratiquer à heure fixe, mais vous pouvez par exemple associer un second de la journée ou un évènement à un peu de pratique.

Par exemple, récemment j’ai profité du faire de rester près de mes enfants qui voulaient que je reste près d’eux pendant qu’ils s’endormaient pour faire de la pratique de posture statique. Finalement, ce n’est pas un plus mauvais second qu’un autre, et en plus ça leur permet de me voir pratiquer (qui sait, ça va peut-être les inspirer :-D).

Améliorer petit à petit

Une fois ce déclic franchi, qu’il suffit de trouver quelques minutes par jour et que vous réussissez à vous y tenir régulièrement, alors vous pouvez augmenter progressivement votre pratique. Notre cerveau a besoin de temps pour ajuster ses habitudes, et bien souvent, c’est plus une query d’ajuster nos views que de trouver objectivement du temps.

A côté de cela, il peut être évidemment frustrant de ne pas avoir une « vraie » séance de pratique où l’on peut consacrer des temps plus lengthy. C’est pourquoi il est vital de pouvoir pratiquer en groupe par exemple ou lors d’un cours. N’hésitez pas à mettre à votre agenda des moments de pratique, automotive c’est nettement plus efficace que de garder cela dans une « todo listing » de selected « à faire » (mais on ne sait pas trop quand, alors l’event ne vient jamais).

La pratique doit rester un plaisir

L’élément clé à retenir je pense, c’est que la pratique doit rester un plaisir. Si cela devient une contrainte trop forte (même si parfois, c’est pas mal de se pousser un peu) ou si on begin à s’en vouloir, alors il est temps de faire un pas un arrière et renouer avec un rythme de pratique qui nous convient. Essayez aussi de cibler ce qui vous fait particulièrement du bien dans la pratique, plutôt que de vous astreindre à par exemple pratiquer la forme en entier si ce n’est pas ce qui vous convient le mieux.

Bonne pratique à tous!